Le Répertoire

Christophe Isoard, après avoir été pendant deux ans bibliothécaire aux fonds anciens de la Bibliothèque Municipale de Lyon, chargé de la relecture ainsi que de la correction du catalogue des manuscrits musicaux des XVIIe et XVIIIe siècles, eut vent de cette envie de recréer l’Académie du Concert de Lyon. Bénédicte Hertz, grâce à son érudition et à ses travaux sur le Grand motet à Lyon, a accepté de participer également au projet. Leurs connaissances approfondies des sources provenant de l’Académie du Concert et de celles héritées du Concert des Jacobins les ont conduits à rejoindre l’ensemble comme consultants. 

Le Fonds Musical

L’Académie réunit progressivement un important fonds musical dont le noyau fut vraisemblablement constitué par la bibliothèque personnelle de Nicolas Bergiron. Elle s’accrut aussi par de nombreux achats et des dons de diverses provenances.

Les partitions du Concert se reconnaissent par un fer de reliure poussé à chaud, montrant un caducée et une lyre croisés. C’est ce sceau qui a été repris comme emblème de l’Académie du Concert  refondée en 2011.
La bibliothèque cumulait des éditions gravées et des sources manuscrites, parvenues jusqu’à aujourd’hui en bon état, mais pas en totalité. Un inventaire de 1757 donne une bonne idée de la richesse de cette collection : environ 300 motets à grand chœur, 150 opéras, 250 petits motets, etc. Environ un quart seulement de ce fonds a traversé les siècles et est finalement entré à la Bibliothèque de la Ville peu avant 1910, au Palais Saint-Jean.
Le fonds musical de l’Académie du Concert  se monte ainsi à environ 1000 partitions imprimées ou manuscrites, dont de nombreuses éditions de Lully. Beaucoup de ces œuvres n’ont jamais été imprimées à l’époque. C’est pourquoi ce fonds recueille constamment l’attention des musicologues, des éditeurs de fac-similés, etc.
La nouvelle Académie du Concert  a commencé la remise à l’honneur de certaines de ces œuvres méconnues, voire inédites.